Chaussures !?

Chaussures, grolles, godasses, tatanes, pompes, godillots ou savates, appelez ça comme vous voulez, les chaussures restent le meilleur ami du coureur… du moins pour ceux qui en mettent (ce que je conseille fortement, à moins que vous sachiez ce que vous faites !)

wornout

Je voulais donc vous parler de mes chaussures, celles qui accompagnent tant bien que mal mes efforts de coureur depuis qu’un beau jour de 2013 je me suis mis en tête de courir un 20km (et quelques kilomètres de plus après ça…)

Une paire de chaussure de course, ce n’est pas un accessoire qu’on peut choisir à la légère (et d’ailleurs, c’est loin d’être accessoire). Tantôt pour foulée pronatrice, universelle, voire supinatrice, tantôt pour la piste, pour la route, le chemin ou le trail, avec un « drop » ou un amorti plus ou moins prononcé, c’est à choisir avec soin (et attention à la taille: le pied s’allonge pendant l’effort, tout le monde vous le dira !) Il y a tellement de paramètres qu’un bon coureur en a toujours au moins deux dans son placard, une paire pour la route et une pour le cross boueux.

Eh puis, il y a un dernier critère que peu de coureurs avoueront: l’esthétique ! En effet, hors de question de marier un T-shirt noir avec des chaussures jaune fluo, ou des chaussures rouges avec un serre-tête bleu…

Certainement une source de dépense pour le coureur (qu’il soit pronateur, universel, et même supinateur !), d’autant plus qu’une bonne paire coûte au bas mot 100 €… et ne croyez pas qu’une paire, c’est pour la vie ! Pour ma part, courant plus de 2000 km en 12 mois, c’est une paire par an que je dois m’acheter…

Si je compte les différents types de chaussure (piste, trail, etc.), je suis pour ma part à la tête d’un cheptel de 7 paires — certaines dans un état déjà bien délabré. Mais de bons souvenirs sont souvent attachés à chaque paire, et j’ai donc du mal à m’en séparer. Je les éparpille donc partout où je pourrais avoir besoin un jour de courir : maison de campagne, maison de vacances, maison d’amis, bureau, la liste peut être longue !

En voici un petit échantillon:

Un œil averti remarquera qu’au fil des années mon choix s’est restreint très majoritairement à une marque. En effet, cela fait déjà quelques saisons que je glisse mes pieds dans des… Mizuno (publicité gratuite). Pourquoi ? Je pourrais vous vanter leur absorption de choc, leur ventilation, leur légèreté — que néni ! Ce sont des critères que j’ignore (à tort). En revanche, je connais ma taille dans cette marque et… l’esthétique générale de la marque me plait !

mizuno

Voici donc mon dernier achat (vive les soldes): des Mizuno Wave Rider 19 (Osaka), pointure 47. Et je peux vous dire une chose: je ne sais pas si je ferai des exploits avec elles, mais elles sont ma-gni-fi-ques !

mde
(les couleurs sur les semelles, ce n’est pas que j’ai marché dans de la pâte à modeler, c’est fait exprès !)

Et maintenant, il n’y a plus qu’à les enfiler, et courir.

Ça tombe bien, ma préparation du Marathon de Paris 2017 commence cette semaine…!

Publicités

A propos nicolasmercouroff

Apprenti marathonien
Cet article a été publié dans Blog. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s